Voyage au Bangladesh

le 7 mai 2009 | Ecrit par Anne

En janvier février, nous étions à CHITTAGONG, dont le nom résonne dans l’oeuvre de Marguerite Duras…

CHITTAGONG, un son de tambour d’Asie!

le port de Chittagong-annegarde janvier 09

CHITTAGONG s’appellait autrefois TSI-TSI GONG et signifiait ” il ne faut pas faire la guerre”…

TSI-TSI-GONG


” D’ailleurs, face au clair de lune luttant contre le clair de terre, la joueuse de Chittagong, par ailleurs princesse, choisira le clair de l’eau.
Tsi-tsi-gong !
D’un seul clic clac, afin d’établir  son noble territoire, elle va perdre sa boucle d’oreille et transformer la rivière en fleuve, le Karnaphuli.
A la vitesse grand V d’un capteur imbattable, voilà qu’elle sacrifie sa vie pour un éclat d’or et crée l’un des plus grands ports d’Asie!
Tsi-tsi-gong !
C’est donc la carte du génome humain, de l’ensemble même du matériel génétique que cette légende  bangla nous révèle.
Croyance pérenne, elle dure toujours dans sa délicieuse gratuité et les bateliers la racontent  encore en remontant le fleuve dès qu’ ils frôlent le cargo Chittagong…
Tsi-tsi-gong!
Nous désirons plus que tout retrouver le prénom de cette princesse
dont la vision durassienne hante nos nuits blanches à Chittagong.
Tsi-tsi gong!
Tsi- tsi-gong signifie” Il ne faut jamais faire la guerre”en arakanais.
Te souviendras-tu, princesse Tsi-tsi-gong, noyée pacifique du Karnaphuli en forme de boucle d’oreille, que ton nom ne pourra jamais être compatible avec la guerre? ”

Laure Vernière 1/ 03/09


Cet article est classé sous la catégorie News.

Les tags associés à cet article sont .

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via rss RSS 2.0.

Vous pouvez répondre, ou proposer un lien vers votre propre site.

  1. Pas de commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.