WORLD OF INTERIORS – PUBLICATIONS

le 28 juillet 2017 | Ecrit par Anne

}Ajouter un commentaire{

THE WORLD OF INTERIORS – PUBLICATIONS

le 28 juillet 2017 | Ecrit par Anne

}Ajouter un commentaire{

RAJASTAN Le Temps Révélé

le 19 septembre 2015 | Ecrit par Anne

existe aussi en anglais RAJASTHAN STYLE

Rajasthan Le Temps Révélé et Rajasthan Style en anglais photographies Ann Garde textes Laure Vernière aux éditions Assouline seront disponibles à partir d’ octobre 2015

}Ajouter un commentaire{

L’éternel dans l’instant. Andrée Putman au CAPC – photographies AnnGarde

le 5 mai 2015 | Ecrit par Anne

}Ajouter un commentaire{

DEGÂT DES EAUX. Photographies vintage et psychédéliques

le 6 décembre 2014 | Ecrit par Anne

}Ajouter un commentaire{

Hospice for a Hindu Herd dans World of Interiors Octobre 2014

le 24 septembre 2014 | Ecrit par Anne

}Ajouter un commentaire{

Le réservoir de la Base sous marine. Visite privée…

le 15 octobre 2012 | Ecrit par Anne

2 commentaires

HALLES ET OVNI – AGORA 2012

le 15 octobre 2012 | Ecrit par Anne

Installation pour AGORA 2012 dans le chantier des Vivres de l’Art. Bordeaux

}Ajouter un commentaire{

Indian Folks and Crystal Moon au Saint James

le 15 juin 2012 | Ecrit par Anne

Expositions visibles jusqu’à fin 2012 dans le très beau site du Saint James à Bouliac, architecture de Jean Nouvel

Expositions visibles jusqu’à fin 2012 dans le très beau site du Saint James Bouliac, architecture de Jean Nouvel

}Ajouter un commentaire{

Shipbreaking yard-Chittagong

le 10 mai 2012 | Ecrit par Anne

Lors de notre dernier voyage au Bangladesh, j’ai pu photographier les chantiers de démolition des grands navires à Chittagong.

Chittagong est un des plus grands ports méconnus d’Asie du Sud. Port de containers d’où partent pour l’Occident les productions textiles réalisées au Bangladesh au plus bas prix…port de coolies aux cadences infernales…port de démantelement des grands navires occidentaux… où l’esclavage est au plus haut cf. “Ironeaters” les bouffeurs de fer de Shaheen Dill-R

Même si j’avais vu les images remarquables d’Edward Burtynsky, lorsque je me suis retrouvée seule face à ce spectacle à la fois terrible et grandiose, j’ai ressenti une immense émotion esthétique, mais surtout un sentiment de révolte intense! C’était le soir. Le coucher de soleil enveloppait les scènes d’une douceur inappropriée et inacceptable. Les ouvriers-esclaves au sourire si doux, traversaient avec élégance la distance boueuse entre le navire au loin échoué sur la plage et le rivage. Les structures en porte à faux d’acier rouillé imposaient leurs silhouettes géantes comme des sculptures de Richard Serra.

Le scandale s’habille souvent et d’une manière paroxystique de beauté picturale! AnnGarde-2011


SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONGSHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

SHIPBREAKING YARD-CHITTAGONG

}Ajouter un commentaire{

RUE DES ETRANGERS -BORDEAUX BACALAN

le 17 août 2011 | Ecrit par Anne

RUE DES ETRANGERS
THIERRY AGULLO – ANNE GARDE

Dans l’esprit de mêler l’art à l’action, qui était l’activité principale de Thierry Agullo, Photographie et Performance s’afficheront ensemble le 29 septembre 2011 au Garage Moderne, à Bordeaux.www.legaragemoderne.org

Vingt grands tirages dos bleu signés Anne Garde seront présentés collés sur les murs de la rue des Étrangers à Bordeaux-Bacalan.

Ce projet, rendu possible par la rencontre avec Anne Garde quelques années plus tard, avait déjà pris naissance en l’an 2000 dans la tête de Béatrice Aspart, quand le Garage Moderne s’était installé dans cette rue au nom unique.
Comme un voyage dans le temps, elle avait reconnu à travers les photos d’Anne Garde sur cet artiste de l’inconnu au si étrange destin, le décor de la série photographique parue en 1997 dans La Longue Vue. Elle projetait déjà en rêve d’images les retrouvailles au coin de la rue, entre l’homme déjà parti et des murs bientôt disparus.

La série initialement nommée Jack l’Inventeur est le seul témoin de la performance que l’agitateur de la contre-culture des années 80 a menée dans la base sous-marine et dans les rues du port, sous le regard de la photographe, en novembre 1977, dans un Bordeaux de film noir…
La complicité entre les deux artistes, révèle la violence traversée par cet “Orphée moderne et sombre” qui entraîne le visiteur dans son vertige, tel un Stalker berlinois des seventies…

Entre expressionnisme allemand à la Fritz Lang et casse-cou de la nouvelle vague, Jack l’Inventeur est un personnage prémonitoire puisque son double vivant, Thierry Agullo, disparaîtra dans un accident de la route quelques mois après cette performance.

L’éclat noir des grandes photographies argentiques tout le long de la rue des Étrangers questionne toujours l’origine de la rue, mais aussi la ville d’aujourd’hui, à travers ses ombres, ses mutations, son identité et son avenir.

L’installation à travers le passage du tram
photo: Olivier Panier des Touches

 

 

}Ajouter un commentaire{

LE PORT DE CHITTAGONG

le 8 mars 2011 | Ecrit par Anne

EXTRALIGHT-EXTRA-NIGHT

Les ports m’ont toujours fascinée. De Bordeaux, le port d’origine où je rêvais de départs, à New York, Bilbao, Calcutta, Cochin, Chittagong…où j’ai pu réaliser ces photographies.
Immenses structures industrielles, portiques, conteneurs, grands navires. De la même manière que j’aime photographier les usines, j’aime photographier les ports, la sur dimension des installations aux intenses couleurs industrielles, meccanos en taille réelle, où se côtoient la poésie des voyages et le commerce international des grandes voies maritimes.
À Chittagong, impossible de ne pas penser à Marguerite Duras qui cite ce nom de tambour d’Asie sans y être jamais allé…une musique répétitive envoûtante qui s’est confrontée à la réalité que j’ai voulu « crépusculaire », une couleur qui traverse son œuvre et peut-être la mienne…

« les plus grands deltas de la terre. Ils sont de vase noire. Ils sont vers Chittagong. »
Marguerite Duras.

Février 2010.

}Ajouter un commentaire{

Voyage au Bangladesh

le 7 mai 2009 | Ecrit par Anne

En janvier février, nous étions à CHITTAGONG, dont le nom résonne dans l’oeuvre de Marguerite Duras…

CHITTAGONG, un son de tambour d’Asie!

le port de Chittagong-annegarde janvier 09

CHITTAGONG s’appellait autrefois TSI-TSI GONG et signifiait ” il ne faut pas faire la guerre”…

TSI-TSI-GONG


” D’ailleurs, face au clair de lune luttant contre le clair de terre, la joueuse de Chittagong, par ailleurs princesse, choisira le clair de l’eau.
Tsi-tsi-gong !
D’un seul clic clac, afin d’établir  son noble territoire, elle va perdre sa boucle d’oreille et transformer la rivière en fleuve, le Karnaphuli.
A la vitesse grand V d’un capteur imbattable, voilà qu’elle sacrifie sa vie pour un éclat d’or et crée l’un des plus grands ports d’Asie!
Tsi-tsi-gong !
C’est donc la carte du génome humain, de l’ensemble même du matériel génétique que cette légende  bangla nous révèle.
Croyance pérenne, elle dure toujours dans sa délicieuse gratuité et les bateliers la racontent  encore en remontant le fleuve dès qu’ ils frôlent le cargo Chittagong…
Tsi-tsi-gong!
Nous désirons plus que tout retrouver le prénom de cette princesse
dont la vision durassienne hante nos nuits blanches à Chittagong.
Tsi-tsi gong!
Tsi- tsi-gong signifie” Il ne faut jamais faire la guerre”en arakanais.
Te souviendras-tu, princesse Tsi-tsi-gong, noyée pacifique du Karnaphuli en forme de boucle d’oreille, que ton nom ne pourra jamais être compatible avec la guerre? ”

Laure Vernière 1/ 03/09


}Ajouter un commentaire{

Happy 09!

le 10 janvier 2009 | Ecrit par Anne

Anne et Laure vous souhaitent une année électrique…

Un commentaire

EXTRALIGHT Paris

le 9 septembre 2008 | Ecrit par Anne

MANIFESTE PHOTOGRAPHIQUE
ANNE GARDEEXPOSITION DU 19 AVRIL AU 8 JUIN 2007 . Catalogue EXTRALIGHT  ed Verlhac

« Je ne trouve pas d’autre moyen que de dire : c’est une lumière lumineuse »
Roland Barthes in La Lumière du Sud-Ouest.

Dans ces lieux de vague mémoire qui ont perdu leur sens premier, Anne Garde saisit l’instant vertigineux qui lui permet dans une liberté secrète et absolue, de prendre acte d’architectures dans l’architecture, par le choix de vision et de positions, par la couleur et la lumière.
Par la couleur même de la lumière.

Ici la photographe s’approprie les lumières complémentaires de ses maîtres à voir : la « Lumière instantanée » qui baigne l’œuvre nomade d’ Andrei Tarkovski et la « Lumière lumineuse » qui définit la pensée la plus intérieure de Roland Barthes.

En transcendant, avec une audace innocente, un chaos hors du temps commun, agir devient pour l’artiste synonyme de créer un univers parallèle violemment personnel, où la beauté cachée dénonce.
D’y imprimer définitivement sa marque par le geste et la fureur.

Anne Garde est une combattante et pour elle, l’acte de photographie est aussi bien une arme d’agression que de défense. S’il y a blessure, elle cicatrise à la vitesse de l’éclair, bien que les traces en soient indélébiles.

En ce sens, Extralight se rattache à la naissance même de la photographie, à ses multiples origines et aboutissants : Alchimie, prises de vue et de vie, vision de clarté pascalienne, science-fiction et désir d’éternité…

Et d’évidence, Extralight est un savant défi poétique et politique face à la mort – celle de l’homme et celle de l’art.

Un beau manifeste flirtant avec le tragique face à la disparition annoncée de notre monde…

Laure Vernière Mars 2007

EXTRALIGHT
VERNISSAGE LE JEUDI 19 AVRIL DE 18H A 22H

ACTE2GALERIE
41, rue d’Artois
75008 Paris
T. 01 42 89 80
www.acte2photo.com


}Ajouter un commentaire{

SWEET NARMADA : “YOU WILL BE MESMERIZED”. SHISEIDO LA BEAUTE – PARIS.

le 9 septembre 2008 | Ecrit par Anne

SHISEIDO LA BEAUTE          du 1er juillet au 25 septembre 2005.  Place de la Madeleine à Paris

Vous serez mesmérisés*, magnétisés par les innombrables légendes de la rivière sacrée qui baigne le cœur de l’Inde d’est en ouest ; mesmérisés par sa beauté, sa fougue et son audace, par sa violence et sa langueur, par sa virginité et sa sensualité.

Mesmérisés à l’idée qu’elle puisse un jour être menacée par le béton dans sa splendeur et devenir «  un immense escalier d’eau », tel que le prédit Arundhati Roy, l’une des grandes guerrières indiennes de l’eau.

L’eau douce des rivières du monde, c’est le sang qui coule dans nos veines. L’eau vitale est aujourd’hui au cœur de nos inquiétudes. L’Or bleu est devenu un trésor. Le territoire de l’eau est menacé, avec lui des millions d’hommes, et bientôt nous-mêmes qui nous croyons hors d’atteinte…

NOTRE VOYAGE

S’approcher de la Narmada où sacré intemporel et urgence contemporaine se rejoignent. Tenter de l’apprivoiser dans l’éclat des regards, d’en déceler les secrets et les blessures, courir jusqu’à sa source inviolable.

*Mesmérisé, mot créé d’après la découverte du «  magnétisme animal » du savant Franz Anton Mesmer (1734-1815), auteur de l’Influence des planètes sur le corps humain.

Les photographies d’Anne Garde ont été présentées insérées dans deux plaques d’altuglas. Les textes de Laure Vernière étaient sérigraphiés. De l’eau bleutée a coulé le long des grandes baies donnant sur la place de la Madeleine pendant 6 mois.

 

}Ajouter un commentaire{

BOLLYWOOD MASALA – GALERIE DES GALERIES – LAFAYETTE PARIS

le 24 août 2008 | Ecrit par Anne

Anne Garde, Laure Vernière et Raphaël de Villers vous invitent à pénétrer dans l’univers de Bollywood Masala. Cette installation, inspirée de Pondicherry Masala, le dernier livre d’Anne Garde et Laure Vernière publié au Seuil/Le Thé des Ecrivains présente :

-Les tirages bollywoodiens d’Anne Garde.
-Les collages psychédéliques de Laure Vernière.
-Les grands décors peints de Raphël de Villers.


 

}Ajouter un commentaire{

L’OR BLEU ET LES GUERRIERS DE L’EAU

le 23 août 2008 | Ecrit par Anne

2004-2006 

Notre projet est ambitieux.
C’est parce que nous en ressentons l’urgence que nous voulons mettre nos talents et notre expérience au service de la plus grande question socio-économique actuelle :

L’EAU DANS LE MONDE.

Etat, droits, problèmes, solutions, défis, combats et espoirs.

Sensibiliser et responsabiliser le grand public au nouveau défi de l’humanité, aux problèmes majeurs environnementaux, par des images fortes, des interviews et des récits éveilleurs de conscience.

Monter une grande exposition internationale qui renforcera la visibilité de notre enquête et de notre réalisation. 
Une publication accompagnera l’exposition.

Cet événement global pourrait voir le jour en 2006.

Pour cela, nous avons choisi trois aquifères, dans la zone géographique de l’Eurasie:
Le Gange et la Narmada en Inde ou le combat autour de deux grands fleuves sacrés.
Le Jourdain, fleuve frontière entre la Jordanie et Israël, ou la mort proclamée d’un fleuve.
Le Lac Baïkal en Sibérie (inscrit en 1996 au patrimoine mondial par l’Unesco) ou la préservation du plus grand réservoir d’eau douce de la Planète.

Voir les images du projet : galerie

}Ajouter un commentaire{